Petit disclaimer : Chacun est unique dans ses ressentis. Certains.es personnes sont beaucoup plus réactives que d’autres. Tout le monde ne vivra pas la pratique de la Sophrologie de la même manière et heureusement. Nous sommes tous.tes différents. De nombreux paramètres peuvent entrer en jeu lors d’une séance de Sophrologie : l’état d’esprit du moment, les éventuelles douleurs physiques, le cadre environnemental, l’expérience déjà acquise… Il ne faut donc pas prendre pour référence ce que moi je peux vivre. L’objet de mes articles est de vous partager mon expérimentation personnelle pour vous aider, vous donner des pistes de mieux-être…

Si jamais tu préfères la version Podcast, l’épisode juste ici

Pourquoi j’aurais peut-être pu m’éviter un autre burn-out  ?

Cette vidéo est la suite logique de la vidéo précédente alors si jamais tu ne l’as pas vue, je t’encourage chaudement à le faire (l’article du blog ou  la vidéo YouTube).

Un peu provocateur comme titre j’avoue, mais c’est bien l’idée.

Si tu as vu mes précédentes vidéos, tu as dû remarquer que j’étais un peu fan de la Sophrologie Caycédienne.

Mais je connais aussi ses limites et elle ne répond pas bien sûr à toutes les problématiques du burn-out ni du monde.

Mais avec un peu de recul, aujourd’hui je peux te dire que j’aurais pu m’éviter un second burn-out si elle était entrée plus tôt dans ma vie.

Parce que ma thérapie aurait été plus efficace

Je l’ai déjà évoqué dans une vidéo précédente, mais quand j’ai commencé ma thérapie suite au déclenchement de mon burn-out, je n’étais pas en capacité de la recevoir et donc d’en profiter vraiment des bienfaits.

Alors oui, j’ai compris « pourquoi » j’étais dans la situation dans laquelle j’étais. Quelle mécanique m’avait amené jusque là, depuis quand, pourquoi mon état

Je pense d’ailleurs en faire une vidéo à part entière parce que le sujet peut peut-être t’intéresser ou juste parce que quand j’ai sombré, je cherchais des témoignages d’autres personnes qui avaient vécu la même chose.

Mais j’ai aussi dû travailler sur des traumatismes que je n’étais pas en capacité de travailler sur le moment et je pense que si j’avais attendu de la faire plutôt que dans la crise, elle aurait gagné en efficacité.

Parce que si j’ai resombré dans un 2d burn-out c’est aussi en partie lié à ces fameuses mécaniques.

J’ai replongé dans certains modes de fonctionnement néfastes pour moi.

Je n’ai pas retenu certaines leçons et je l’ai durement payé dans une rechute.

Parce que j’aurais pu limiter les dégâts avec des méthodes de gestion du stress…

Je n’ai jamais baigné dans un univers tourné vers le développement personnel et le bien-être de la personne.

Déjà du fait de mon entourage familial qui n’est pas du tout orienté en ce sens, d’un métier tout sauf orienté vers la personne puis moi-même qui était peu réceptive aux courants de développement personnel : la gratitude, les pensées positives…

Mais j’avais essayé un peu comme tout le monde comme l’application [méditer avec Petit BamBou] que je connaissais comme tout le monde, mais c’est comme les bonnes résolutions de début d’année 🤣

Tu le fais une semaine puis c’est terminé🤣 

J’ai aussi fait du Yoga via YouTube. Je crois que j’ai tenu un peu plus longtemps, mais c’est aussi tomber dans l’oubli… un peu moins rapidement que Petit BamBou mais je serais malhonnête en te disant que j’ai fait beaucoup plus 🤣

Je n’avais donc aucun outil pour gérer mon stress avant de découvrir la Sophrologie Caycédienne.

Et honnêtement, je pense que ça aurait pu faire une différence 

Parce que la Sophrologie ce n’est pas uniquement diminuer son stress

C’est :

  • vivre le moment présent,  
  • ne plus anticiper négativement son futur,
  • accepter sereinement son passé,
  • faire un gâteau avec tout ça pour être mieux dans sa peau.

 

Et si j’avais eu tout ça, je n’aurai pas replongé avec autant d’intensité dans un second burn-out et son lot de crises d’angoisses.

Une fois déclenché, la Sophrologie m’a fortement aidé à traverser ces moments difficiles, mais j’ai dû me faire aider par les médicaments tellement j’étais en souffrance et qu’il me fallait des solutions d’urgence.

La Sophrologie aide, soulage, mais se travaille aussi sur le temps.

Et je n’en avais pas.

advanced divider

Je pense avec tout ce que je viens te dire que oui, j’aurais pu m’éviter un autre burn-out avec la Sophrologie.

Elle aurait été une aide, un outil, mais aussi le déclenchement d’une prise de conscience que je devais prendre soin de moi.

Je te dis à très vite et en attendant, prends bien soin de toi 🤍

Les programmes évoqués dans la vidéo :

autres articles

advanced divider