Petit disclaimer : Chacun est unique dans ses ressentis. Certains.es personnes sont beaucoup plus réactives que d’autres. Tout le monde ne vivra pas la pratique de la Sophrologie de la même manière et heureusement. Nous sommes tous.tes différents. De nombreux paramètres peuvent entrer en jeu lors d’une séance de Sophrologie : l’état d’esprit du moment, les éventuelles douleurs physiques, le cadre environnemental, l’expérience déjà acquise… Il ne faut donc pas prendre pour référence ce que moi je peux vivre. L’objet de mes articles est de vous partager mon expérimentation personnelle pour vous aider, vous donner des pistes de mieux-être…

Se détendre ? Facile à dire…

Que vais-je faire ?

La question qui revenait en boucle encore et encore

Que vais-je faire après ? Je ne peux pas y retourner, je n’y arriverais pas, je suis nulle, je dois trouver autre chose, mais quoi ? Je ne sais faire que ça, trouver un autre cabinet d’expertise-comptable ? Il n’en est pas question, je ne veux plus, je ne peux plus… bref un bon cocktail explosif pour l’estime de soi qui avait apparemment disparu au passage.

Lors de mon burn-out, j’étais obnubilée par « l’après »…

Disparu dans le gouffre sans fin dans lequel je me sentais. J’étais tellement obnubilée par le futur que j’étais incapable de me détendre, de lâcher prise et cela pendant plusieurs mois.

Mon employeur de l’époque me refusait la rupture conventionnelle et je me sentais piégée comme jamais.

J’envisageais des plans A, B puis C pour ensuite sombrer dans la déprime et enchainer les rendez-vous médicaux pour justifier mon état de santé. Les arrêts maladie qui s’enchainaient sans fin

Puis j’ai commencé à penser à autre chose…

Puis j’ai fini par trouver une solution à ma situation et j’ai pu enfin pu penser à autre chose.

En tout cas, qu’on ne vienne pas me dire que les personnes en situation de burn-out et en arrêt maladie passent leur meilleure vie chez eux à ne rien faire !

J’aurais préféré mille fois travailler sur cette période l’esprit serein plutôt que de vivre ça !

J’ai finalement repris un emploi, mais tout sauf l’esprit calme, détendu ou soigné. J’étais juste soulagée de trouver quelque chose. Et je l’ai payé avec un 2d burn-out.

Je me souviens que mon médecin me disait de me détendre

Je me souviens qu’il me disait de sortir, de prendre l’air, de marcher, de profiter… mais c’était impossible pour moi.

Il finissait par m’agacer… Comme si c’était si facile de se détendre…. En gros, il me demandait de lâcher prise. Soit tout l’inverse de ce que je faisais à être obnubilé par mon « après » burn-out.

J’étais dans le contrôle ou du moins j’essayais désespérément de l’être

Mais aujourd’hui, je sais que j’aurai pu vivre cette période différemment. Alors oui, facile à dire maintenant que je vais mieux, mais à travers ma formation de sophrologue je sais qu’il existe des outils et des méthodes qui auraient pu faire la différence pendant cette période.

Et m’aider oui à me détendre

La Sophrologie aurait pu m’aider

Je sais maintenant que la Sophrologie m’aurait permis de : 

  • limiter mes craintes, en réduisant mon appréhension et en troquant mes angoisses contre des pensées positives, 
  • ne pas me laisser dompter par des pensées négatives et des croyances limitantes, 
  • favoriser le relâchement de mon corps et mon esprit,
  • prendre mes distances vis-à-vis du contrôle, 
  • d’entrer dans un état de sérénité, et calmer mes maux physiques, 
  • me libérer de mes tensions, qu’elles soient physiques ou mentales

 

Bref, tout un panel de choses qui même simples m’auraient soulagé pendant cette période.

Alors si c’est ton cas actuellement… ne reste pas seul.e.

Des solutions existent.

advanced divider

Je te dis à très vite et en attendant, prends bien soin de toi 🤍

Les programmes évoqués dans la vidéo :

autres articles

advanced divider