Petit disclaimer : Chacun est unique dans ses ressentis. Certains.es personnes sont beaucoup plus réactives que d’autres. Tout le monde ne vivra pas la pratique de la Sophrologie de la même manière et heureusement. Nous sommes tous.tes différents. De nombreux paramètres peuvent entrer en jeu lors d’une séance de Sophrologie : l’état d’esprit du moment, les éventuelles douleurs physiques, le cadre environnemental, l’expérience déjà acquise… Il ne faut donc pas prendre pour référence ce que moi je peux vivre. L’objet de mes articles est de vous partager mon expérimentation personnelle pour vous aider, vous donner des pistes de mieux-être…

Si jamais tu préfères la version Podcast, l’épisode juste ici

Plus fragile après un burn-out ?

Aujourd’hui est un sujet que j’avais très envie de partager avec toi : la fragilité après un burn-out.

Parce que j’ai pu beaucoup lire que l’on est plus fragile après un burn-out ou pire que l’on ne sait pas ou plus gérer le stress… mais je pense surtout que l’on est différent plus que l’on est devenu fragile.

Bien sûr que l’on sait gérer le stress et bien plus fort et plus longtemps que la majorité des personnes !

Et c’est bien souvent cette capacité qui nous a menés droit au burn-out.

Le burn-out fait suite à un stress chronique, un stress qui dure dans le temps et parfois même pendant des années.

Et justement, pendant des années, tu as sans doute été comme moi « le bon petit soldat » qui courait partout, toujours présent, toujours disponible, qui ne comptait pas ses heures, investie, impliquée, engagée.

Ce bon petit soldat qui savait gérer les crises et les situations difficiles : bref, qui savait surmonter le stress !

Sauf que voilà, je l’ai fait pendant trop longtemps et je ne suis pas une machine ni toi d’ailleurs. Et j’ai fini par craquer.

Notre erreur ? Ne pas avoir écouté les signaux de notre corps.

Parce qu’avant de sombrer dans un burn-out, notre corps nous a envoyé des « messages » que l’on n’a pas écoutés.

Notre tête voulait « tenir » à tout prix à grand coup de « j’ai du travail », « je dois assurer » tout ça, tout ça…

Sauf que la tête peut aimer penser qu’elle contrôle tout, en réalité, celui qui gagne toujours à la fin : c’est le corps !

Notre dernière barrière qui un beau jour décide de dire stop et déclenche le burn-out. Pour notre propre survie.

Et là, c’est l’arrêt maladie pour s’en remettre

L’on n’a pas d’autres choix que de se reposer pour recharger nos batteries. De se mettre en sécurité pour s’en remettre.

Mais le monde extérieur nous rattrape forcément à un moment avec ses sources de stress : un courrier de l’employeur, l’annonce d’une baisse de prise en charge de la mutuelle, un rendez-vous avec le médecin-conseil de la sécurité sociale, etc.

Et là c’est souvent une grosse source de stress pour nous avec son lot de signes de stress qui refont surface en même temps, mais puissance X 1000.

Parce que pendant plusieurs semaines ou mois l’on a vécu dans un cocon protecteur pour nous protéger de tout.

Et l’on se dit alors : » je ne m’en sortirai jamais ! » que l’on n’est plus capable de gérer la moindre situation de stress et l’on a peur.

Finalement, l’on angoisse encore plus à l’idée de reprendre le travail en se disant que ça va être l’enfer !

Mais c’est tout à fait normal de ressentir tout ça

En réalité, c’est notre corps qui a peur.

Il a été traumatisé par ce qu’il a vécu, et il ne faut pas sous-estimer ce traumatisme.

Et comme il a peur que cela recommence, et qu’il ne veut pas à nouveau souffrir, il réagit alors tout de suite.

Et honnêtement, on ne peut pas lui en vouloir ! On l’a tellement ignoré dans le passé… Alors pour être sûr de se faire entendre, il va multiplier ses alertes, passant de suite de 0 à 10 sur l’échelle du stress, pour être certain que l’on ne va pas se remettre en danger et que cette fois-ci l’on va vraiment l’écouter.

Il nous protège. C’est de la survie.

Mais comment faire ?

Il va falloir rassurer son corps, lui redonner confiance, lui montrer que l’on sait gérer, que l’on sait l’écouter et se préserver.

C’est retrouver sa confiance en soi et trouver des méthodes comme la Sophrologie pour apprendre à écouter son corps et gérer son niveau de stress.

C’est trouver le bon équilibre, sans cette fois-ci en faire trop. Un burn-out peut vraiment être une opportunité de développement personnel :

  • apprendre à s’écouter,
  • apprendre à mieux se respecter,
  • apprendre à se réaligner…

 

Alors est-on plus faible, plus fragile ? Je ne le pense pas. Oui, il y a un traumatisme, mais rien de définitif si tu prends le temps de te soigner correctement.

Surtout, c’est selon moi une formidable occasion de se réinventer.

advanced divider

Je te dis à très vite et en attendant, prends bien soin de toi 🤍

Les programmes évoqués dans la vidéo :

 

Les vidéos évoquées dans la vidéo :

autres articles

advanced divider