Petit disclaimer : Chacun est unique dans ses ressentis. Certains.es personnes sont beaucoup plus réactives que d’autres. Tout le monde ne vivra pas la pratique de la Sophrologie de la même manière et heureusement. Nous sommes tous.tes différents. De nombreux paramètres peuvent entrer en jeu lors d’une séance de Sophrologie : l’état d’esprit du moment, les éventuelles douleurs physiques, le cadre environnemental, l’expérience déjà acquise… Il ne faut donc pas prendre pour référence ce que moi je peux vivre. L’objet de mes articles est de vous partager mon expérimentation personnelle pour vous aider, vous donner des pistes de mieux-être…

Si jamais tu préfères la version Podcast, l’épisode juste ici

Pourquoi écrire fait du bien ?

Cette idée de vidéo m’est venue en échangeant avec une personne qui m’expliquait qu’avec sa sophrologue, elle ne pratiquait pas ce que l’on appelle en Sophrologie Caycédienne, la phénodescription.

Alors késako la phénodescription ?

C’est un moment juste après une pratique aussi bien seul.e qu’en groupe, où l’on prend le temps d’écrire tout ce qui s’est passé pendant la séance : nos sensations, nos ressentis, ns impressions…

C’est un moment qui est tout aussi important que la pratique en elle-même.

Avant d’échanger avec les autres si l’on est en groupe ou avec le sophrologue lors d’une séance individuelle.

Pourquoi l’on pratique la phénodescription (en Sophrologie Caycédienne) ?

C’est un excellent exercice pour savourer l’instant présent, constater les sensations positives que tu as pu vivre et le sentiment positif qui s’installe en toi.

Sans t’en rendre compte, tu renforces en toi ton estime de toi-même.

Lorsque que tu pratiqueras la Sophrologie en groupe ou devant un sophrologue, le fait de relire à voix haute ce que tu as pu écrire, est un vrai moment d’échange. Cela renforcera encore plus en toi ton estime de toi-même et créera avec le groupe un certain sentiment de proximité et de cohésion (que l’on appelle groupéité en Sophrologie Caycédienne).

Mais pourquoi écrire fait du bien ?

Il a été prouvé à travers plusieurs études scientifiques que pratiquer l’écriture apporte de nombreux bienfaits.

Et notamment le fait de prendre du recul et de s’échapper de la souffrance physique ou psychologique.

C’est coucher sur le papier les événements de sa vie ainsi que les émotions qui sont liées.

L’écriture de ses pensées et de ses sentiments permet de régler des problèmes personnels et surtout d’avoir une meilleure compréhension de soi.

C’est :

  • soulager les douleurs du corps,
  • atténuer les symptômes de la dépression,
  • libère du stress,
  • améliore le sommeil,
  • aide à atteindre ses objectifs…

Il n’y a pas vraiment de règle

D’ailleurs, il n’y a pas vraiment de règle pour pratiquer l’écriture.

Elle peut prendre plusieurs formes comme le journal intime, le bujo, les poèmes…

Tu peux écrire sur papier ou encore sur ordinateur même si l’écriture à la main conserve un aspect émotionnel que l’ordinateur a du mal à traduire.

Idéalement, il te faut :

  • un stylo (ou plusieurs) et du papier ;
  • écrire de façon spontanée, sans se soucier du style ;
  • écrire le plus souvent possible, si possible tous les jours ;
  • prendre ce moment pour soi et s’isoler ;
  • écrire librement, sans penser à son jugement ou à celui des autres.

Par où commencer ?

Si tu pratiques la Sophrologie avec un sophrologue Caycédien, tu n’as pas vraiment besoin d’en faire plus qu’avec la phénodescription.

C’est déjà un moment d’écriture qui fait un bien fou surtout quand tu prends le temps de te relire plus tard.

Constater son évolution positive au fur et à mesure des semaines boost vraiment ta confiance en soi.

Mais si tu as envie d’en faire plus ou encore de pratiquer l’écriture, tu peux déjà commencer par écrire ce qu’il s’est passé dans ta journée : tes meilleurs moments, de la gratitude, vider ton sac aussi quand il s’est passé quelque chose qui t’est négatif.

Vas-y sans pression, sans vraiment réfléchir et sans t’autocensurer. C’est ton journal, ton moment à toi, ne cherche pas à analyser non plus ni faire un jugement.

Écrire, c’est laisser s’exprimer la voix qui nous parle tout le temps.

advanced divider

Écrire fait donc du bien, allège les peines et permet — pourvu que l’on note aussi le positif — de gagner en légèreté et en optimisme.

 

Je te dis à très vite et en attendant, prends bien soin de toi 🤍

autres articles

advanced divider